DNA Gensee explore de nouveaux créneaux

DNA Gensee explore de nouveaux créneaux

Industrie et services à l'industrie

En 2012, Nicole Giraud a fait le pari de la traçabilité des matières premières végétales utilisées par les entreprises. Si elle n’échappe pas aux soubresauts actuels, la société DNA Gensee met tout en œuvre pour sortir renforcée de la crise du Covid-19.

Le concept imaginé il y a huit ans est devenu réalité. Docteur en biotechnologies végétales, pionnière en France, la créatrice de DNA Gensee (Le Bourget-du-Lac) a développé des outils et déposé des brevets pour devenir une experte reconnue du séquençage ADN des plantes, des algues, du miel et d’autres matières végétales utilisées par les entreprises de l’agroalimentaire, de la pharmacie, de la cosmétique, etc.


« Nous aidons les transformateurs, les négociants, les marques à sécuriser leurs approvisionnements en matières premières végétales. Grâce à l’ADN des plantes, nous contrôlons s’ils reçoivent exactement ce qu’ils ont commandé. Les matières naturelles coûtent très cher et le risque de mélange est réel. Dans la parfumerie, le niveau de fraude peut atteindre 60 %. Dans les préparations d’épices, c’est également très important. Si les matières premières utilisées ne sont pas celles annoncées, ce sont les consommateurs qui en subissent les conséquences. Nous devons faire prendre conscience des enjeux de sécurité sanitaire et participer aux progrès de l’identification et de la traçabilité des matières premières végétales. La crise actuelle peut modifier les mentalités », affirme Nicole Giraud.
Après une phase de progression constante, DNA Gensee, qui emploie 5 personnes et fait appel à des prestataires indépendants, n’a pas échappé à la baisse d’activité liée à la crise du Covid-19. Pour anticiper la reprise, Nicole Giraud et ses équipes ont multiplié les initiatives de communication pour conserver le lien avec leurs clients et leurs prospects.

 

 

 

 

Parallèlement, un travail de fond a été mené pour confirmer sa position d’expert et lancer DNA Gensee sur de nouveaux créneaux.
« En communiquant beaucoup, nous démontrons à nos clients que nous sommes opérationnels et prêts à répondre à leurs demandes. Nous poursuivons notre travail de Recherche et Développement pour conserver notre avance et nous proposons de nouveaux outils. Notre expertise en génie végétal est reconnue. Nous utilisons des techniques encore très rares, que les entreprises n’ont pas. Nous sommes là pour les accompagner. Nous ne livrons pas de résultats bruts  mais bien tout un accompagnement scientifique », explique-t-on chez DNA Gensee.
Depuis un an, les nombreuses prises de parole, en visio-conférence et sur les réseaux sociaux, participent à installer l’expertise de l’entreprise. Le sujet laisse de moins en moins indifférent. L’ONU et la Commission européenne se sont emparées du dossier. En France, à l’Assemblée nationale, une question a été posée au Gouvernement, le 2 février dernier.

« Nos efforts de communication paient. Nous avons de plus en plus de demandes entrantes et nos clients adhèrent à nos nouveaux services. Il faut expliquer la nécessité de contrôler les contaminations à tous les stades de la chaîne (récolte, transports, transformation, stockage, etc.). L’étude génétique des plantes est assez récente. Nous devons expliquer et former nos clients aux risques de fraude, de remplacement d’une plante par une autre, etc. Actuellement, DNA Gensee travaille sur le génome de différentes espèces dont le cannabis à des fins industrielles dans l’agroalimentaire et la pharmacie. Nous allons créer des banques de données des séquences génétiques sur lesquelles les industriels pourront s’appuyer. L’engouement est le même pour l’utilisation des algues. Nous avons mis au point des outils d’identification des différentes espèces et certifié notre référentiel technique pour protéger notre savoir-faire », détaille Nicole Giraud.
L’enjeu est désormais de valoriser le modèle de l’entreprise et de favoriser une forte croissance. L’Etat, la Région, le Conseil départemental et Bpifrance ont été sollicités, en attendant un appel de fonds auprès d’investisseurs privés pour déployer cette technologie innovante et apporter plus de sécurité pour le consommateur et une meilleure maîtrise industrielle de l’exploitation des ressources naturelles.

 


Mise en ligne le 03/03/2021

SOYEZ INFORME DE l'ACTUALITE ECONOMIQUE DE LA SAVOIE

ABONNEZ -VOUS A NOS LETTRES D'INFORMATION

Agenda

> Tout l'agenda

Restez connectés

Chambre de Commerce
et d’Industrie de la Savoie

5 rue Salteur
CS 22416
73024 Chambéry cedex
T. 04 57 73 73 73T. 04 57 73 73 73

Venir à la CCI

Horaires CCI : ouvert du lundi au vendredi
de 8h30 à 12h15 et de 13h45 à 17h30
Consultez les horaires du Centre de Formalités Entreprise - Formalités internationales - Service Apprentissage

Mentions Légales Contact CCI Savoie - Chambéry Plan du site FAQ