Patrick Mignola, député de la 4e circonscription de la Savoie

mignola CCI Savoie

Tous secteurs

Élu maire de La Ravoire en 2001, Patrick Mignola a quitté ses fonctions en 2017, en raison de la règle sur le cumul des mandats. Député de la Savoie (MoDem – La République en Marche) depuis juin 2017, il est également chef d’entreprise, président du group

Quel regard portez-vous sur la situation économique de la 4e circonscription de la Savoie, votre circonscription ?

Je trouve qu’il y a un regain de confiance. Nous sommes tous satisfaits d’avoir retrouvé de la croissance, mais il y a tout de même un certain nombre de blocages, dont celui des recrutements. Les entreprises peuvent repartir de l’avant et faire plus de chiffre d’affaires mais la machine peut se gripper si on ne parvient pas à trouver des salariés.

Quels sont les enjeux de développements futurs ?

L’objectif principal est de développer de l’industrie. Il faut retrouver de l’implantation industrielle et accompagner nos industries, dont beaucoup sont des industries d’excellence, sur cette circonscription et sur l’ensemble de la Savoie. Il faut renouer avec le passé industriel de la Savoie. Il faut développer ce que les chefs d’entreprise attendent aujourd’hui, en particulier en matière d’énergie. Nous avons besoin, compte tenu des événements géopolitiques internationaux et de l’exigence environnementale, de trouver une énergie propre, pérenne, à coût constant.

Avec des projets du type de B’eeau lac que vous défendiez quand vous présidiez Métropole Savoie ?

Nous avons travaillé sur la question de produire du chaud et du froid à partir de l’eau du lac du Bourget, comme il est possible de le faire sur toute la Combe de Savoie avec l’Arc et l’Isère. La Savoie a retrouvé le progrès économique avec l’apparition de l’hydroélectricité. Aujourd’hui, nous devons être capables de faire de l’hydroénergie au sens très large du terme pour soutenir l’activité industrielle.


Quelle est votre position sur la question de la privatisation des barrages de production hydroélectrique ?

Plus globalement, notre responsabilité de parlementaires savoyards, quatre députés et deux sénateurs, sera de conserver la différenciation du prix de l’énergie. C’est absolument fondamental. Dans ce département, la production d’électricité et la production d’aluminium et de métaux spéciaux représentent des milliers d’emplois. Il faudra que l’on sache conserver les barrages dans la sphère publique. Il faut que l’État conserve un patrimoine stratégique, que ce soit l’Aéroport de Paris ou les barrages.

Que pensez-vous des mesures annoncées ou engagées en faveur des entreprises ?

C’est bien d’avoir plutôt fluidifi é le Code du Travail. Cela permettra, demain, de passer des accords d’entreprises plus adaptés au terrain, plutôt qu’une loi générale s’imposant à tous. Désormais, il est facile de se saisir des accords d’entreprise pour ne plus être dans le commentaire mais dans l’action. À chaque fois que je rencontre des chefs d’entreprise, je leur dis : Saisissez les opportunités qui vont sont données.



Avez-vous des regrets ?

J’ai beaucoup regretté que l’on réforme d’abord l’ISF plutôt que de baisser massivement les charges salariales, pour que le travail soit mieux rémunéré. De même, j’ai beaucoup regretté que l’on attende un an, même si ça va venir, sur la participation des salariés, l’intéressement, l’épargne salariale, l’épargne retraite, l’émission d’actions gratuites, l’actionnariat salarié, la présence des salariés au sein des conseils d’administration.

Vous êtes membre de la majorité présidentielle. Avez-vous l’impression que l’attente que vous formulez est partagée ?

Oui. Aussi bien au sein de LREM et du MoDem, et plus globalement jusqu’au centre-droit et parmi les plus modérés des LR, il y a des attentes fortes sur ces sujets et sur la question des heures supplémentaires défi scalisées. Aujourd’hui, nous devons réactiver le modèle social français, c’est-à-dire faire en sorte que les salariés soient partie prenante, voire propriétaires d’une partie de leur entreprise. C’est à la fois être plus conforme au monde actuel et c’est normal parce qu’une partie de la valeur d’une entreprise réside dans ses salariés.

Lire l'intégralité de l'article dans Partenaires Savoie n°137 de juin 2018, p.21 et 21

SOYEZ INFORME DE l'ACTUALITE ECONOMIQUE DE LA SAVOIE

ABONNEZ -VOUS A NOS LETTRES D'INFORMATION

Agenda

> Tout l'agenda

Restez connectés

Chambre de Commerce
et d’Industrie de la Savoie

5 rue Salteur
CS 22416
73024 Chambéry cedex
T. 04 57 73 73 73T. 04 57 73 73 73

Venir à la CCI

Horaires CCI : ouvert du lundi au vendredi
de 8h30 à 12h15 et de 13h45 à 17h30
Consultez les horaires du Centre de Formalités Entreprise - Formalités internationales - Service Apprentissage

Mentions Légales Contact CCI Savoie - Chambéry Plan du site FAQ