Fabrice Pannekoucke, conseiller régional, maire de Moûtiers

fabrice pannekoucke CCI Savoie

Territoires

Rencontre avec Fabrice Pannekoucke, élu maire de Moûtiers en 2014.

Comment avez-vous vécu les changements inscrits dans la loi NOTRe, sur l’intercommunalité notamment ?

L’État a voulu mettre toutes les communes dans des établissements de coopération intercommunale, sans qu’elles choisissent avec qui elles devraient travailler. Aujourd’hui, avec la commune des Belleville, ça fonctionne bien, avec des projets en commun, mais en 2014 nous ne nous étions pas choisis. Quand vous mariez des communes de 5 000 habitants aux profils similaires, ça ne change rien. Mais quand vous mariez un Goliath avec un petit Poucet, des problèmes peuvent apparaître et c’est le cas sur notre territoire. Vu de Paris, des modèles comme le nôtre ça n’existe pas.


Pourquoi ?

Moûtiers est un cas isolé car elle n’a pas de rattachement touristique comme Bourg-Saint-Maurice avec les Arcs ou Aime avec La Plagne. La commune est le chef-lieu de canton, bourg-centre de fond de vallée, avec le collège, le lycée, la gare, le centre des impôts, les commerces, le marché hebdomadaire, les banques, les coiffeurs, les auto-écoles... au service de l’ensemble de la vallée et des stations voisines. Moûtiers, c’est 3 700 habitants et 3 200 emplois, dont seulement 1 500 sont occupés par des habitants de la commune. Nous ne sommes pas dans la norme, avec des charges de centralité qui reposent sur les épaules du chef-lieu alors que toutes les communes sont concernées. Par exemple, Moûtiers établit 3 000 passeports par an, pour 3 700 habitants.


Comment la commune s’est-elle adaptée ?

Depuis 2014, je joue à fond la carte de l’intercommunalité, en expliquant aux élus des autres communes que sans services intercommunaux, Moûtiers va crever, avec beaucoup de conséquences pour les communes voisines. Le transfert de certaines charges, comme l’école de musique, la bibliothèque, la médiathèque, le plateau sportif, etc. nous permet d’être dans une dynamique nouvelle.

Quelle est la solution pour que Moûtiers ne soit plus, chaque samedi de l’hiver, un « piège » sur la route de stations ?

La solution ce n’est certainement pas un tunnel entre Aigueblanche et Pomblière, même si le projet refait surface régulièrement depuis les années 1980. Un tunnel, c’est 400 millions d’euros. Éviter Moûtiers, c’est impossible. Si l’État a de l’argent, il faut d’abord sécuriser la voie ferroviaire à la sortie de Moûtiers. Je suis convaincu que nous pouvons, par une somme de petits efforts, améliorer la situation. Le député Vincent Rolland est très engagé sur le sujet. Les principaux tour-opérateurs lui disent : « Les séjours du samedi au samedi, ce n’est pas inéluctable. » Il y a une piste à explorer. Nous connaissons les secteurs bloquants sur les routes des stations. Le samedi, il faut placer un engin à demeure pour dégager les véhicules en difficulté et ça passe ! Mais avant ce genre de solution, il faut que les véhicules soient bien équipés pour rouler en montagne. C’est dommage de devoir le dire encore. Il faut donner la bonne information, validée, sur l’état des routes et des conditions de circulation. J’ai déjà évoqué l’idée d’une application « officielle » pour smartphone plutôt que chacun pioche l’information qui l’arrange sur les réseaux sociaux. Les automobilistes s’impatientent car ils ne savent pas ce qui se passe. Il faut des équipes sur le terrain pour leur dire quelle est la situation plus loin. La dimension humaine est très importante.

Enfin, il ne faut pas attendre que Moûtiers soit bloquée. Très en aval sur la RN 90, il faut séparer les fl ux, avec la voie de gauche pour ceux qui roulent vers la Haute Tarentaise et la voie de droite pour aller vers la vallée des Belleville, avec une immense aire de chaînage.


Comment se porte l’économie du territoire ?

Je profite de l’occasion pour dire que nous sommes très satisfaits de la collaboration avec la Chambre de commerce et d’industrie de la Savoie qui nous accompagne dans nos démarches en faveur des entreprises et des commerces de Moûtiers.

Moûtiers appuie son développement sur trois dimensions : économie – emploi ; habitat – logement ; enfance – scolarité. Je suis convaincu que l’avenir de Moûtiers passe par la dimension
économie – emploi pour attirer de nouveaux investisseurs, pour centraliser de l’emploi autour d’un socle déjà important d’activités. Le sujet à traiter en priorité est, comme partout, la vacance des locaux en centre-ville et une certaine souffrance du commerce.


Quelle est la situation du commerce du centre-ville ?

Les indicateurs sont plutôt positifs. Le recrutement de notre manager de centre-ville, en avril 2017, permet l’accompagnement et le soutien des porteurs de projet. Ce suivi des projets fait souvent la différence et permet l’implantation de nouveaux commerces à Moûtiers. Les porteurs de projet nous le disent : cet accompagnement régulier est apprécié.

 



Lire l'intégralité de l'article sur Partenaires Savoie n°138 de septembre 2018

SOYEZ INFORME DE l'ACTUALITE ECONOMIQUE DE LA SAVOIE

ABONNEZ -VOUS A NOS LETTRES D'INFORMATION

Agenda

> Tout l'agenda

Restez connectés

Chambre de Commerce
et d’Industrie de la Savoie

5 rue Salteur
CS 22416
73024 Chambéry cedex
T. 04 57 73 73 73T. 04 57 73 73 73

Venir à la CCI

Horaires CCI : ouvert du lundi au vendredi
de 8h30 à 12h15 et de 13h45 à 17h30
Consultez les horaires du Centre de Formalités Entreprise - Formalités internationales - Service Apprentissage

Mentions Légales Contact CCI Savoie - Chambéry Plan du site FAQ