Guy Dumollard, président de la communauté de communes de Yenne

Guy Dumollard, président de la communauté de communes de Yenne

Tous secteurs

Maire de Traize depuis 1983, Guy Dumollard préside le district depuis 1992 et la communauté de communes de Yenne depuis sa création en 2000. Il présente les enjeux du développement économique du territoire.

Comment abordez-vous la compétence « développement économique » que vous confie la loi NOTRe ?

Pour les élus de la communauté de communes de Yenne, c’est une compétence importante. C’est une bonne chose d’avoir un rôle à jouer en ayant une approche globale du territoire.

La compétence économique est abordée en différents volets. Le premier, c’est la gestion des zones d’activités, qu’il faut continuer à commercialiser, voire densifier. Des entreprises ont acheté des terrains très vastes qu’elles n’utilisent pas entièrement. Il y a un travail à mener pour réorganiser les surfaces.


Par exemple ?

Une clinique vétérinaire s’installe dans la ZAC des Fontanettes sur une parcelle acquise par une entreprise. Une partie a été revendue. Désormais, il y a deux bâtiments au lieu d’un. Ce genre d’aménagement fait partie des réflexions que nous menons actuellement.

Le deuxième volet consiste à permettre l’utilisation de bâtiments vacants, avec des surfaces importantes. C’est le cas des 10 000 m² d’ateliers et de bureaux de qualité libérés par l’entreprise Listing Express. J’étais intervenu en ce sens au début du mandat, mais n’ayant pas la compétence « développement économique », je n’avais pas été écouté. Désormais, nous pouvons organiser des rendez-vous avec le propriétaire et l’Établissement Public Foncier (EPFL) pour estimer les possibilités de réutilisation de ces bâtiments par plusieurs entreprises.

 

Comment abordez-vous la promotion du territoire auprès des entreprises qui souhaiteraient s’implanter ?

Une réflexion a été menée dans le cadre du Schéma de cohérence territoriale (SCoT) de l’Avant-pays savoyard pour des extensions ou des aménagements futurs. Nous avons une coopérative laitière dynamique qui a un important projet de restructuration.

Nous avons imaginé des développements possibles à proximité de la coopérative pour des entreprises de l’agroalimentaire. Il nous semble préférable de développer de l’emploi sur le territoire plutôt que voir nos habitants partir chaque matin vers Chambéry, Annecy ou Genève.

 

Quelle est la politique de promotion touristique du territoire ?

Cette compétence dépend également de la communauté de communes. C’est une bonne chose car il faut une volonté politique pour avancer, même si ce n’est pas forcément simple. Par le passé, le tourisme n’était pas trop l’affaire des collectivités. L’office du tourisme avait une certaine autonomie, mais travaillait déjà avec le reste de l’Avant-pays savoyard. L’idée est de fonctionner ensemble plutôt que d’essayer de se développer seul.

Nous avons engagé une étude diagnostique pour la création d’une marque de territoire en liaison avec Savoie Mont-Blanc Tourisme autour de nos trois destinations et leurs spécificités : le lac d’Aiguebelette c’est le lac, le Pays yennois, c'est la Dent du Chat et le vignoble de Jongieux, Val Guiers, c’est Mandrin, etc. Nous devons faire savoir que nos territoires sont complémentaires les uns avec les autres, en liaison avec les socioprofessionnels. Ils sont demandeurs, en termes de formation et de promotion notamment.

 

Comment le territoire peut-il profiter de la proximité de la Via Rhôna ?

La galerie du tunnel du Chat réalisée pour les cyclistes est un plus. Au début de l’été, avec le Département de la Savoie, nous avons ouvert un premier itinéraire balisé depuis le tunnel, vers Billième, Yenne et Nattages pour rejoindre la Via Rhôna à Massignieu-de-Rives. Cette première boucle existe, mais ce n’est pas suffisant. Nous devons nous intéresser à la liaison « Quatre lacs » : Léman, Annecy, Le Bourget et Aiguebelette. De ce côté, depuis la sortie du tunnel, il y a de jolis points de vue à découvrir.

Le vélo est une opportunité touristique, mais aussi pour les déplacements domicile-travail. Nous devons réfléchir au-delà des boucles touristiques. De Yenne à Technolac, il faut un quart d’heure en voiture et 20 minutes à vélo. Mais, pas question de passer par les vignes, il faut des équipements de sécurisation sur les routes départementales. Nous sommes demandeurs pour travailler sur ces sujets.

 

Comment est-il possible d’améliorer encore l’attractivité du Pays yennois ?

L’évolution des technologies, à condition d’avoir la fibre rapidement, peut permettre une forme d’essaimage depuis Technolac. Le télétravail est une solution d’avenir pour éviter de se déplacer. Pendant longtemps, le développement économique a été concentré dans la périphérie des villes et, dans le même temps, les prix de l’immobilier incitaient les salariés à s’en éloigner pour se loger. Nous devons raisonner différemment. Le Pays yennois ne veut pas être une cité dortoir. Nous souhaitons maîtriser notre attractivité, en permettant l’installation d’habitants mais en densifiant les constructions.

 

Article issu du Partenaires Savoie septembre 2019 - n°144

SOYEZ INFORME DE l'ACTUALITE ECONOMIQUE DE LA SAVOIE

ABONNEZ -VOUS A NOS LETTRES D'INFORMATION

Agenda

> Tout l'agenda

Restez connectés

Chambre de Commerce
et d’Industrie de la Savoie

5 rue Salteur
CS 22416
73024 Chambéry cedex
T. 04 57 73 73 73T. 04 57 73 73 73

Venir à la CCI

Horaires CCI : ouvert du lundi au vendredi
de 8h30 à 12h15 et de 13h45 à 17h30
Consultez les horaires du Centre de Formalités Entreprise - Formalités internationales - Service Apprentissage

Mentions Légales Contact CCI Savoie - Chambéry Plan du site FAQ